agenda

01 02 03 04 … | 27

page 1 / 27
DUBUFFET

Exposition

DUBUFFET

05.05.2021 - 30.06.2021

À l’occasion de l’ouverture du nouvel espace de la galerie au 21 rue Chapon à Paris, baudoin lebon est heureux de présenter une sélection d’œuvres de Jean Dubuffet (1901-1985) du 5 mai au 30 juin 2021. Figure majeure et inclassable du XXe siècle, Jean Dubuffet occupe une place particulière dans l’histoire de la galerie. L’exposition présentera une série de dessins inédits réalisés entre 1948 et 1981 ; ils sont issus du cycle des Matériologies (avec notamment l’Historiette de Terre, fruit de ses nombreuses expérimentations sur la matière), ainsi que des célèbres personnages du cycle de l’Hourloupe.

Share to Facebook Send by mail
Présentation LightGlass (Masterpix)

Évènement

Présentation LightGlass (Masterpix)

20.04.2021 - 29.04.2021

En avant-première, baudoin lebon est heureux d’inviter DupifPhoto pour la présentation de LightGlass, un verre ultra-performant à la qualité optique surprenante, qui met en valeur vos oeuvres photographiques sans interférer sur la sensation entre votre iris et votre œuvre.


Ce verre trempé aussi mince que celui de votre téléphone est inrayable, sa faible épaisseur permet de
ce fait un contact direct, et une lecture parfaite de votre image. Le papier photo employé pour ce montage est d’une grande qualité chromique et de durabilité et donne des résultats parfaits.


Le tirage extrêmement soigné est mis avec beaucoup de minutie entre le verre et le dos métallique à l’aide de colle au ph neutre, dos auquel un châssis aluminium rentrant est posé. La légèreté de l’ensemble du montage est étonnante.

 

Artistes invités : isabelle girollet et emmanuel ségaut.

 

informations pratiques :
du 20 avril au 29 avril de 10h à 18h
réservations : c.cauville@baudoin-lebon.com
à la galerie baudoin lebon 42 rue de montmorency 75003 paris

Share to Facebook Send by mail
Chimères

À l'affiche

Chimères

26.02.2021 - 28.03.2021

baudoin lebon présente l’exposition chimères, avec Joel-Peter Witkin et Patrick Bailly-Maître-Grand du vendredi 26 février au dimanche 28 mars 2021.

 

Ces deux photographes, virtuoses des installations, se sont toujours emparés de thématiques valorisant l’étrange, le surréel pour mieux faire naître des « chimères ».

 

Chez Joel-Peter Witkin se côtoient des êtres étranges, entre créatures réalistes et fantastiques. À travers un travail d’hybridation, il donne corps à des êtres qui relèvent de toutes les espèces sans appartenir à aucune. Quant à Patrick Bailly-Maitre-Grand, il métamorphose les objets du quotidien ou des objets chinés. Dans Recto Verso une figurine en plexiglas donne naissance à une sorte de martien à quatre bras, avec des os partout et une tête à deux visages qui ne sait pas de quel côté regarder.

 

Ces deux photographes sont aussi des techniciens hors pair, qui explorent l’inventivité de l’acte photographique dans l’intimité du laboratoire, à travers diverses manipulations et formules, et nous révèlent un imaginaire poétique et conceptuel.

Share to Facebook Send by mail
Maya Mercer et Juliette-Andréa Elie

Exposition

Maya Mercer et Juliette-Andréa Elie

22.01.2021 - 18.02.2021

baudoin lebon présente Maya Mercer et Juliette-Andréa Elie du vendredi 22 janvier au jeudi 18 février 2021.

 

____


Maya Mercer est une artiste franco-américaine. Fille du dramaturge et activiste anglais David Mercer, Maya a grandi entre Londres, Paris et la Californie. Autodidacte des arts visuels, Mercer a toujours vécu dans un monde narratif expérimentant « la vie comme une scene de théâtre» depuis sa plus tendre enfance. Dans un environnement intense et tumultueux, sa perception de la réalité a acquis une dimension visionnaire. Elle se définit comme une artiste régionaliste du «photocinéma». Mercer vit et travaille maintenant dans le nord de la Californie où elle dirige principalement des adolescents dans des histoires visuelles et narratives inspirées des conditions sociales de l'Amérique rurale. Son travail a été présenté dans des galeries, des expositions de musées et des foires d'art à travers l'Amérique du Nord et l'Europe.


"Mercer est devenue une fille adoptive du Far West. Ses sujets sont jeunes, beaux, tragiques, ludiques, et étrangement intemporels alors qu'ils reflètent les tensions contemporaines et les mémoires historiques. Bien que son art fasse écho à la décadence des précurseurs de la fin du XIXe siècle, il envisage également un nouvel âge périlleux de sensualité, de confusion et de dystopie envahissante. À cet égard, Maya Mercer est moins hédoniste que l'oracle, moins Salomé que Cassandre. Son travail n'est pas une indulgence; c'est un avertissement. " Peter Frank


____

 

Née en 1985, Juliette-Andréa Elie est diplômée de l'Ecole Supérieure des Beaux Arts de Nantes Métropole (DNSEP 2010) et a étudié les techniques de la gravure à la Concordia University à Montreal. Lauréate de plusieurs prix (Mentorat des Filles de la Photo 2020, Foire de photographie Fotofever 2016), elle a été pensionnaire en 2016 de la Cité Internationale des Arts à Paris, pour mener à bien ses recherches sur laquestion du paysage et de l'anthropocène. Son travail est actuellement exposé dans 11 stations du métro parisien à l'occasion du festival Paris Expériences Photo organisé par le magazine Fisheye. L'année dernière, la photographe plasticienne fut sélectionnée pour la commande photographique annuelle du TCI - Théâtre de la Cité Internationale (Paris) et ses photographies sculptées ont été exposé à Shangai (Chine) pour représenter la jeune scène française. Elle conçoit régulièrement des actions pédagogiques comme depuis 2016 avec le Cent-Quatre-Paris.

 

Juliette-Andréa Elie se situe dans le champs de la photographie expérimentale en fabriquant des pièces uniques. Ses photographies-objets questionnent la délicate représentation du paysage et la relation complexe que l?humain entretient avec son milieu. L?exposition présente une sélection de travaux entre photographie et relief à la pointe sèche, entre 2016 et 2020. On y entrevoit des mondes flottants, en perpétuelles mutations. D?origine égyptienne, l?artiste interroge la projection des fantasmes et des souvenirs dans les lieux que l?on traverse.
Elle nomme Fading Landscapes le processus fait de strates photographiques, tatouées par endroits au revers de la chair du papier suivant la technique ancienne du Pergamano.

Share to Facebook Send by mail